Les canots de sauvetage

canard
L’emport des canots de sauvetage n’est pas toujours obligatoire (cela dépend de la distance et de l’appréciation du commandant de bord dans le cas des vols non commerciaux – voir l’un de mes premiers posts ainsi que l‘EU-OPS).

Différents types de canots

Les canots se décomposent en deux types: Type I et Type II.
Tel que le décrit le TSO C70, le type II ne peut être utilisé que dans les vols non commerciaux, et le Type I indifféremment.
Canot Type I
Le Type I est composé de deux chambres indépendantes. Si l’une d’elles est défaillante, la flottabilité du canot n’est pas compromise, même lorsqu’il est en surcharge (enfin, en eau calme). Vous trouverez les canots de Type I dans tous les vols commerciaux.
Canot Type II
le Type II est composé d’une unique chambre mais celle ci est fragmenté pour pouvoir maintenir la flottabilité.
Les deux Types peuvent être recouvert d’une capote, permettant de mieux affronter les éléments et dans certains cas d’augmenter la réflectivité Radar.
Dans le cas d’un vol non commercial, il est possible d’utiliser un Type I ou un Type II. Les facteurs déterminant le choix sont le poids et les couts associés.

Question réglementaire

!! Note: Attention, l’analyse ci-dessous n’est peut-être plus en phase avec les dernières évolutions de la réglementation !!
Au niveau règlementaire, là c’est la confusion… enfin, ce n’est que mon avis et je vais l’expliquer.
Les divers paragraphes de l’EU-OPS (à savoir les § CAT.IDE.A.285, CAT.IDE.H.300,NCC.IDE.A.220, NCC.IDE.H.227, NCO.IDE.A.175, NCO.IDE.H.175,SPO.IDE.A.195 et SPO.IDE.H.195) détaillent où et quand emmener un canot de sauvetage… mais il ne détermine pas quoi. L’information pourrait être donné dans les AMC, mais tel que je le comprend et sans information complémentaire, on pourrait très bien être dans les clous règlementaires en embarquant un jouet de plage et le matériel demandé. J’exagère un peu volontairement avec le jouet de plage, mais un canot de sauvetage tant qu’il n’est pas défini reste un canot…
D’une manière plus réaliste, on pourrait très bien emporter un canot de sauvetage non certifié et lui adjoindre les équipements demandés. Ce qui me surprend encore plus et que ce flou existe également dans la partie CAT de l’EU-OPS (celle dédiée au transport public). Dans une course continuelle aux économies et aux poids, la question peut se poser car certains pourraient rapidement être tenté de remplacer ces équipements par des équipements non approuvés.
Si pour les appareils issus des grands constructeurs (Airbus, Boeing,…) et exploités de bonnes conditions, le risque est faible.
Il n’en sera peut-être pas de même pour des appareils de dimensions plus restreintes (typiquement les Commuters), construits ou opérés par des individus moins regardants et cherchant les meilleurs profits. Le soucis est que ce mauvais choix sera découvert au mauvais moment.
Notez que la FAA, à dans ses parties associées au transport public (tel que les FAR 125 et 135) levée l’ambigüité en utilisant les termes “approved”.
Dans le cas d’un voll privé, on ne peut que s’en référer au jugement éclairé du commandant de bord pour effectuer le bon choix. Ce qui pour résumer, revient à se poser la question du prix de la vie.

Pour en connaitre plus sur les canots, je vous invite à jeter un œil aux articles suivants (issus de avweb):
Aviation Life Rafts, Part One:Requirements and Expectations
Aviation Life Rafts, Part Two:A Life Raft Primer

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

www.000webhost.com