Les gilets de Sauvetage

canard
Les gilets de sauvetage se répartissent en deux catégories

  • Les dispositif individuel de flottaison,
  • les gilets de sauvetages (“Lifejacket”)

Les gilets de sauvetages sont obligatoires pour l’ensemble des vols commerciaux. Les dispositif individuel pouvant être utilisé dans les vols non commerciaux (tout du moins dans le cas d’une exploitation sous le régime FAA. Pour une exploitation sous régime EASA, il seul les gilets sont autorisés pour les personnes de plus de 2 ans). Dans la pratique, on trouve assez facilement du matériel correspondant aux définition des gilets de sauvetages.
L’arrêté du 24 juillet 1991, spécifie que les deux équipements pourrait être recevables (“un gilet de sauvetage ou un dispositif individuel équivalent”). Reste à définir le terme équivalent…

Dispositif individuel de flottaison

Les dispositifs individuels de flottaison sont des dispositifs assez simples qui sont là pour vous fournir une assistance de flottaison. Ce ne sont pas des gilets de sauvetage au sens propre du terme.
L’EASA a défini un TSO (Technical Standard Orders) relatif à ces dispositifs, l’ETSO C72 qui fait lui-même référence au TSO C72 de la FAA. Cette norme demande notamment des critères de résistance au feu, température, de flottabilité et de critère de qualité.
Lorsque vous achetez (ou prévoyez) l’achat de tel dispositif, vérifiez donc bien que le matériel a été conçu, fabriqué et testé en accord avec cette norme. Si une date d’entretien est prévu, regardez l’échéance avant d’acheter. Inutile d’investir dans un équipement qui devra passer en révision sous peu.
Notez que le TSO C72 parle également d’autres types de matériels, mais ceux-ci ne peuvent pas être retenus dans le cadre d’une exploitation EASA.

Les gilets de sauvetage

Les dispositifs individuels de flottaison sont des dispositifs relativement simples. Ils offrent une flottaison limitée, n’ont qu’une seule chambre et ne permettent pas de vous maintenir la tête hors de l’eau même en cas d’inconscience. Les gilets de sauvetage parent à ces manquements. Ils offrent une double chambre, une capacité de retournement, une lampe de repérage,… Ils sont définis par le TSO C-13 de la FAA qui les nomme “Life Presever”. Les “Life Presever” sont notamment utilisés dans les vols commerciaux, vous avez droit à la démonstration de ceux-ci sur de nombreux vols (en tout cas dès lors que le vol survol des étendus d’eau et/ou que le décollage ou l’atterrissage se fait au-dessus d’une étendue d’eau).

Utilisation des gilets de sauvetages

On ne gonfle pas son gilet avant d’être en dehors et suffisamment écarté de l’épave. En effet, si vous le gonflez à l’intérieur vous serez gêné dans vos mouvements (voir bloqué) et si vous le gonflez trop rapidement, vous pouvez rester bloqué sous des éléments qui sont à la surface (l’aile de l’avion dans le cas d’un appareil à aile haute par exemple).
C’est une des raisons qui justifie la non utilisation des gilets de sauvetage automatique (à enclenchement en contact avec l’eau) ou fixe (blocs de flottaison cousus) que l’on trouve généralement à bord des bateaux. Si à bord d’un navire vous pouvez utiliser un gilet de sauvetage prévu pour l’aviation, la réciproque n’est pas judicieuse.

Les gilets de sauvetage sont gonflés avec une cartouche de CO2 qu’il faut percuter (en tirant fortement sur les cordelettes) et au besoin ils peuvent être gonflés à la bouche. Que vous soyez en surface ou sous l’eau, qu’importe, les lois de la physique vous ramèneront à la surface à la condition que le matériel soit en bon état et très bien sanglé (dans un premier temps, plus serré que pas assez, vous pouvez toujours relâcher facilement les réglages).
Une fois à la surface vous pouvez adapter le gonflage du gilet afin de le rendre plus confortable (cela ne va pas impacter fortement la flottaison de celui-ci).

Emport des gilets de sauvetage, que dit la règlementation

Pour le savoir, il suffit de jeter un oeil dans l’EU-OPS
Note: le lien vers l’EU-OPS peut ne plus être à jour, ainsi que les informations suivantes.
Dans le cas d’un vol commercial:

CAT.IDE.A.285 Survol d’une étendue d’eau
a) Les avions suivants sont équipés de gilets de sauvetage pour toute personne à bord ou, pour toute personne âgée de moins de 24 mois, de dispositifs de flottaison équivalents, rangés dans un endroit facilement accessible à partir du siège ou de la couchette de la personne à qui le gilet est destiné:

1) les avions terrestres survolant une étendue d’eau à plus de 50 NM de la côte, ou décollant d’un aérodrome ou atterrissant sur un aérodrome où la trajectoire de décollage ou d’approche est disposée de façon telle au-dessus de l’eau qu’en cas de problème la probabilité d’un amerrissage existe; et

2) les hydravions volant au-dessus de l’eau.

Dans le cadre des opérations non commerciale avec un appareil complexe:

NCC.IDE.A.220 Survol d’une étendue d’eau

a) Les avions suivants sont équipés de gilets de sauvetage pour toutes les personnes à bord ou de dispositifs de flottaison individuels équivalents pour toutes celles âgées de moins de deux ans, rangés dans un endroit facilement accessible à partir du siège ou de la couchette de la personne à laquelle le gilet est destiné:

1) les avions terrestres survolant une étendue d’eau à plus de 50 NM de la côte ou décollant d’un aérodrome ou d’un site d’exploitation ou atterrissant sur un aérodrome ou un site d’exploitation où, selon l’avis du pilote commandant de bord, la trajectoire de décollage ou d’approche se présente de façon telle au-dessus de l’eau qu’en cas de problème, la probabilité d’un amerrissage n’est pas à écarter; et

2) les hydravions volant au-dessus de l’eau.

Dans le cadre des opérations non commerciale avec un appareil non complexe:

NCO.IDE.A.175 Survol d’une étendue d’eau

a) Les avions suivants sont équipés de gilets de sauvetage pour toutes les personnes à bord, ou de dispositifs de flottaison équivalents pour toutes celles âgées de moins de deux ans, qui sont portés ou rangés dans un endroit facilement accessible à partir du siège ou de la couchette de la personne à laquelle le gilet est destiné:

1) avions terrestres monomoteurs lorsqu’ils:

i) survolent une étendue d’eau au-dessous de la distance de plané par rapport à la terre ferme; ou

ii) décollent d’un aérodrome ou d’un site d’exploitation ou atterrissent sur un aérodrome ou un site d’exploitation où, selon l’avis du pilote commandant de bord, la trajectoire de décollage ou d’approche se présente de façon telle au-dessus de l’eau qu’en cas de problème, la probabilité d’un amerrissage n’est pas à écarter;

2) hydravions volant au-dessus de l’eau; et

3) avions volant à une distance de la terre ferme où un atterrissage d’urgence est possible, distance correspondant à plus de trente minutes à la vitesse de croisière normale ou à 50 NM, la valeur la moins élevée étant retenue.

Vous noterez que dans tous les cas, l’EASA parle de gilet de sauvetage (ou de “Life Jacket”). La définition est ambiguëe car elle ne permet pas de faire un lien direct avec un TSO… Cependant, vous qu’il est précisé que pour les enfants de moins de 2 ans (ou de 24 mois, il y a une différence entre la rédaction de pour les vols commerciaux et les vols non commerciaux) on peut utiliser des dispositifs de flottaison. Ce qui laisserait entendre que dans tous les cas, un “Life Presever” devrait être utilisé pour les personnes de plus de 2 ans. Comme cette déduction va dans le bon sens safety, je pense qu’il n’y a pas trop nécessité de débattre. Cependant si quelqu’un sait si on est dans les clous en embarquant uniquement des “Individual Flotation Devices” (TSO C72) pour un vol privé, je suis preneur de la réponse.
D’autres part, les gilets de sauvetage n’ont nécessité d’être équipé d’une lampe que pour des opérations commerciales ou sur avion complexe (NCC). Pourquoi supprimer la lampe dans le cas des opérations NCO pour l’indiquer dans la partie AMC ? Je n’ai pas de réponse (sachant qu’une fois à la flotte on se moque bien de savoir si on était dans un appareil complexe ou pas).
Bref par mesure de sécurité, je vous conseillerai de prendre des gilets de sauvetage (c’est à dire un matériel en accord avec le TSO C13, ceux-ci ayant obligatoirement la lampe de secours), de vérifier l’état, les dates d’entretien,…

La suite avec les canots de sauvetage.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

www.000webhost.com