Boar – un gestionaire de configuration pour fichiers binaires

Les VCS (Version Control System) sont généralement conçus pour traiter des fichiers texte (du code source informatique, principalement). Ils n’ont pas pour vocation de gérer des fichiers binaires. De ce fait, ils ont bien souvent des performances limitées et une gestion tout aussi faiblarde des fichiers binaires.

Boar est conçu dans l’optique de gérer des fichiers binaires uniquement. Il est écrit en Python et est libre. Certes il n’a pour l’heure pas d’interface graphique ni de fonction hyperévoluées, mais il permet de faire le minimum de la gestion de configuration de fichiers binaires. D’autres part, sont architectures et le systèmes de fichiers sous-jacents ont été prévus pour être lisible directement. Ainsi, même si Boar disparait, on peut facilement retrouver et gérer ses fichiers.

Boar permet de restaurer des fichiers à un partir d’un point précis, de faire des copies de sauvegardes, travail tout aussi bien en local ou à distance,… mais il ne peut pas faire de Merging (opération déjà délicate avec des fichiers textes, alors avec des fichiers binaires…). De plus, Boar, s’assure que lorsque vous faites des copies de sauvegardes, celles-ci soient réellement exactes en utilisant des checksums.

Bref, il y a là un petit outil bien sympa pour ceux qui cherchent à gérer des fichiers binaires (photos, musiques ou autres documents).

Installation

Rien de plus simple, rendez vous sur la page Download de Boar. Sous windows le fichier est auto extractible. Sous linux, il vous faut avoir au moins Python 2.6.

Premier Pas

Avant tout, il faut créer un répertoire (repository) où seront stockées les données de Boar. Comme il sera généralement fait régulièrement référence à ce repository, le mieux est de le créer de sorte à avoir un chemin d’accès (racine du C par exemple sous Windows), ou de créer un lien.

Il faut ensuite créer une session.
Les sessions sont des entités spécifiques difficilement explicables. On peut les voir comme une sorte de filtre ou de sous répertoire de travail. Généralement, une seule session est suffisante.
Vous trouverez plus d’informations sur les sessions sur le site web de Boar, dans l’onglet FAQ.

La ligne de code suivante permet la création d’une session MyPictures.

Initialiser un répertoire

Une fois ces quelques étapes d’initialisation faites, on peut initialiser n’importes quel répertoire de notre choix en utilisant la commande ‘import’

.
Cette commande va créer un répertoire caché dans le répertoire picture (comme le ferait Git d’ailleurs). A partir de maintenant, les actions effectuées sur les fichiers contenus dans le répertoire pictures seront traceables. Un tel répertoire est également connu comme ‘Work Directory’

Obtenir un status

La commande

permet d’afficher l’état des modifications effectués dans le répertoire.

  • A – The file is new
  • D – The file has been deleted
  • M – The file has been modified
  • i – The file is ignored by boar for some reason (special files, soft links)

Faire un commit

La commande

permet d’effectuer un commit (enregistrement des modifications).
Il est possible d’ajouter un message avec l’option -m.
Il est à noter que vous ne pouvez pas faire un commit si le répertoire n’a pas été mis à jour après des changements. Cela permet d’éviter des écritures intempestives.

Cloner – Faire une sauvergarde

La commande ‘clone’ permet d’effectuer une copie de sauvegarde. Il est même possible de mettre en place une mise à jour automatique via l’option –replicate. Dans ce cas, Boar reste actif tant que l’on ne l’arrête pas volontairement. L’option peut donc être utile sur un serveur notamment afin de garder constamment à jour les backups.
Attention, il s’agit bien d’effectuer une sauvegarde. On ne doit pas travailler sur le répertoire cloné.
Enfin, Boar effectue un checksum pour vérifier que les données sont fiables et bien écrites.

Effectuer un Checkout

Un checkout est l’extraction d’une version / snapshot particulier vers un répertoire particulier. Cette commande est particulièrement utile car elle permet de travailler en locale.

va créer dans le répertoire actuel un répertoire MyPicture (qui dans notre cas est le nom de la session), contenant les fichiers tels qu’ils étaient dans le scnapshot 3.
On peut également spécifier un répertoire précis:

Si le numéro de version / snapshot n’est pas indiqué, le dernier état sera mis en place.
Après le checkout, vous pouvez travailler librement dans le répertoire créé, faire des commit, des updates,…

Effectuer un update

Lorsque l’on travaille à plusieurs ou sur différent répertoires issus d’un check out, il est nécessaire de faire un update pour récupérer les modifications effectuées par ailleurs. La commande update permet donc de synchroniser les différents répertoires entre eux.
Avec l’option -r, il est possible de restaurer un état antérieur.

, restaure le répertoire à la version 3.

Lister diverses informations

La commande List permet d’obtenir différentes informations.
Sans argument, la commande liste les sessions du working directory.

Si une session est indiquée, la commande retourne la liste des versions liées à la session.

Retourne

Si en plus d’une session, une version / snapshot est indiquée, la commande liste les fichiers.

Retourne

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

www.000webhost.com